Art Tribal Africain


Découvrez l'Art Tribal Africain


Nombreux sont les passionnés d’art tribal africain : simples curieux, collectionneurs, artistes ou galeristes, tous sont mués d’un même attrait pour cet art. Mystique et poétique, il retient l’attention d’un large public. En effet, le marché de l’art tribal africain est, aujourd’hui, florissant. Bien que de nombreux débats et controverses entourent ce milieu, sa reconnaissance n’est plus à prouver.

Pourquoi un site sur l’Art Tribal Africain ?


Si le marché de l’art tribal africain connaît un succès retentissant, cet art n’en est pas moins profondément méconnu. Qu’entend-on par art tribal ? Qu’est-ce qui différencie l’art africain traditionnel de l’art tribal africain ? Quelles sont les règles de ce marché ? Sur le site art tribal africain, vous trouverez toutes les réponses à vos questions. L’art tribal africain n’aura, ainsi, plus de secret pour vous.

Des articles approfondis et des sources fiables


Sur le site d'art tribal africain, nous publions des articles approfondis sur différents aspects de cet art. Nous nous efforçons de proposer des articles de qualité, issus de sources universitaires, fiables et vérifiées. Informez-vous de la meilleure manière sur l’art tribal africain en consultant le contenu de notre site, mis à jour régulièrement. Nos articles sont publiés de façon ponctuelle, afin de demeurer le plus qualitatif possible.

Art Tribal Africain

Cavalier Bamoun

Collection art tribal africain belge.
Ce cavalier Bamoun maîtrisant un cheval cabré représenterait le roi N'Doya dans sa victoire sur les Peuls, au XIXe siècle. Un cuir brun foncé habille les formes du personnage et de sa monture, un cuir plus clair gaine les sabots. Le roi armé d'une épée est vêtu d'un costume traditionnel, les Haoussa ayant introduit des transformations vestimentaires chez les Bamoun, il porte des étriers de cuir reliés par une tige d'osier rigide. Les différents éléments décoratifs et matériaux utilisés forment ici une oeuvre exceptionnelle.
Les Bamun habitent une région à la fois pleine de reliefs boisés mais aussi de savanes. Ce grand territoire du nom de Grassland situé au sud-ouest du Cameroun est aussi le siège d'autres ethnies proches telles que les Bamiléké et les Tikar. L'art bamoun s'est illustré par des sculptures en bas-reliefs , mettant en scène des combats, des fêtes et des chasses faisant référence au passé, qui ornent les portes et les murs des édifices et des palais. Apparu dans les années 20 , l'art mural bamoun s'est développé sous le règne du sultan Seidou, principalement dans la cité de Foumban . En ce qui concerne la sculpture sur bois, des rites précédaient l'abattage des arbres sélectionnés. (source : Claude Tardits)

Art Tribal Africain

Chaise de prestige Mangbetu

L'art tribal africain Mangbetu, art de prestige, était destiné à l'élite de la société, telle cette chaise surmontée d'une tête aux caractéristiques mangbetu. L'assise circulaire est légèrement concave, tandis que le dossier légèrement incurvé porte des vestiges de motifs évoquant les tatouages traditionnels de la tribu. Analogues à ceux des pygmées Asua avec lesquels la tribu entretenait des relations, ces derniers variaient selon les circonstances. Patine d'usage, lustrée, brun doré, fendillements et abrasions.br> Etabli dans la forêt au nord-est du Zaïre, le royaume Mangbetu s'est exprimé à travers des oeuvres architecturales qui ont impressionné les visiteurs européens au 19e siècle. Leur mobilier, armes, parures et statuaire étaient empreints d'une qualité esthétique rare. L'histoire Mangbetu reposait en effet sur le raffinement de sa cour mais aussi sur des coutumes cannibales. Le roi Mangbetu "Munza" était ainsi surnommé " le roi cannibale". L'ethnologue G.A. Schweinfurth en 1870 en a décrit le raffinement, tout en témoignant parallèlement des meurtres rituels et des sacrifices humains pratiqués par "le peuple des têtes allongées", pour indiquer cette déformation caractéristique de la boite crânienne obtenue à partir d'une compression, dès le plus jeune âge.

Art Tribal Africain

Masque du Kore Senoufo

Ex-collection d' art tribal africain française.
D'une conception inventive, ce masque africain réunit plusieurs éléments zoomorphes. La présence du calao, oiseau primordial de la cosmogonie Senoufo, emblème des initiations du Poro, des cornes et des oreilles animales. Patine mate, brune, légèrement sableuse. Restauration (cou du calao), fendillements et manques. Hauteur sur socle : 55 cm.
Les masques africains des Sénufo sont portés par les membres masculins de la société du Poro, institution qui contrôle la vie politique et économique. Conservés dans l'enclos sacré nommé sezang afin de les soustraire au regard des non-initiés, leur fonction consiste à honorer les anciens ou encore apparaître lors de funérailles. Les masques anthropomorphes chasseraient principalement l'esprit du défunt de son lieu de résidence.




3d8b6aa1-5ed5-4a4a-8c9c-24a81907d6a0 http://www.art-tribal-africain.fr/default