Art Tribal Africain


Découvrez l'Art Tribal Africain


Nombreux sont les passionnés d’art tribal africain : simples curieux, collectionneurs, artistes ou galeristes, tous sont mués d’un même attrait pour cet art. Mystique et poétique, il retient l’attention d’un large public. En effet, le marché de l’art tribal africain est, aujourd’hui, florissant. Bien que de nombreux débats et controverses entourent ce milieu, sa reconnaissance n’est plus à prouver.

Pourquoi un site sur l’Art Tribal Africain ?


Si le marché de l’art tribal africain connaît un succès retentissant, cet art n’en est pas moins profondément méconnu. Qu’entend-on par art tribal ? Qu’est-ce qui différencie l’art africain traditionnel de l’art tribal africain ? Quelles sont les règles de ce marché ? Sur le site art tribal africain, vous trouverez toutes les réponses à vos questions. L’art tribal africain n’aura, ainsi, plus de secret pour vous.

Des articles approfondis et des sources fiables


Sur le site d'art tribal africain, nous publions des articles approfondis sur différents aspects de cet art. Nous nous efforçons de proposer des articles de qualité, issus de sources universitaires, fiables et vérifiées. Informez-vous de la meilleure manière sur l’art tribal africain en consultant le contenu de notre site, mis à jour régulièrement. Nos articles sont publiés de façon ponctuelle, afin de demeurer le plus qualitatif possible.

Art Tribal Africain

Cimier Ogbom Eket

Collection art tribal africain J. Putteneers.

Ce cimier de danse anthropomorphe est doté d'un visage surmontant un corps stylisé composé de d'arcs de cercle superposés ancrés sur un pied conique. Décoré de losanges en champlevé dont les couleurs autrefois contrastées ne conservent qu'à peine leur pigmentation polychrome, il demeure extraordinairement expressif grâce à un visage concave dans lesquelles les paupières bombées sont modestement baissées . Ce masque était utilisé lors des cérémonies de l'Ogbom. Epaisse patine mate croûteuse. Fissures de dessiccation.
Les Eket forment un sous-groupe de l'ethnie Ibibio réputée pour ses masques expressifs. Ces cimiers Ogbom comptent parmi les pièces les plus conceptuelles de l'art africain et se rattachent aux expressions les plus modernistes de l'ancienne statuaire Eket. Il s'agit de masques ajourés dotés d'une patine croûteuse et surplombés d'une tête humaine. Il est à noter que ces masques peuvent être féminins ou masculins.

Art Tribal Africain

Figure d'ancêtre Sakalava/Mahafaly

Ex-collection art tribal africain belge.
Les réalisations plastiques les plus renommées des Malgaches consistent en une statuaire liée aux rites funéraires. Si les statues des Mahafaly faisaient partie intégrante de piliers aloalo,les fragments de panneaux au-dessus des têtes en témoignant, les figures d'ancêtres Sakalava, en ronde-bosse, représentent fréquemment le décédé et son compagnon du sexe opposé. Le nord-est de la tombe, position sacrée associée à l'aurore, la résurrection, le moment idéal pour la circoncision également, était considéré par les Malgaches comme le lieu propice à l'installation de la statue du défunt. Au sud-ouest de la tombe, par contre, était installée l'image de son partenaire de sexe opposé, symbolisant une union idéale.
Cette figure masculine d'ancêtre est représentée nue, figée dans une position rectiligne.
Le vent, le sel et le sable ont contribué à sillonner, crevasser ces figures, conférant au bois cette dessication caractéristique, résultant en une matité exceptionnelle de la patine claire.
L'île tropicale de Madagascar est située au large du Mozambique. Ses premiers habitants seraient constitués de polynésiens qui auraient trouvé refuge sur la côte orientale de l'Afrique, mais en auraient été repoussés par les négociants arabo-musulmans. Plusieurs royaumes s'y développèrent dès 1500, dont celui de Sakalava sur la côte ouest de l'île.
Selon certains auteurs, les pêcheurs Vezo de la côte sud ont produit des sculptures similaires.
Provenant de la collection d'art tribal Guy Mercier,consultant pour le groupe Solvay, qui l'entreprit au début du XX° siècle. Tout en rayonnant en Afrique de l’ouest et centrale dans le cadre de son travail, et récoltant des œuvres in-situ, la majorité de sa collection est cependant issue de « cabinets de curiosité » qui ont foisonné dans les capitales européennes pendant les années 20. Elle provient en outre de galeries prestigieuses (Paris, Bruxelles, Londres, New-York

Art Tribal Africain

Masque Gu Guro

Ex-collection art tribal africain française.
Masque africain représenté coiffé d'une amulette comme celles que les femmes inséraient dans leurs cheveux. Il intervenait avec Zamble et Zaouli, mais ne serait plus utilisé de nos jours. ("Guro", ed. 5Continents, pl.13) Nombreuses érosions.
Parmi le groupe des Mande du sud, au centre de la Côte d'Ivoire, sur les rives du Bandama, les Gouro sont organisés en lignages, et constituent les voisins occidentaux des Baoulé qui ont emprunté plusieurs caractéristiques de leurs créations d'art tribal africain. Animistes, ils utilisent depuis les années 50 une famille de masques associés à la danse Zaouli . En effet comme les masques africain Goli des Baoulé, l'ensemble des masques Guro, se rattachant aux génies de la nature, se décline en deux masques zoomorphes suivis d'un troisième anthropomorphe, qui est considéré comme l'épouse du masque zamblé , le Gu. Prêtre et devin se partagent les fonctions rituelles prédominantes chez les Guro. Les associations secrètes vouent un culte aux génies de la nature , à travers les masques dans lesquels les esprits sont censés résider. Leurs esprits protecteurs appelés zuzu étaient vénérés grâce à des statues placées sur des autels. Les masques gu , gye et dye , aux mains de notables, ne sont exhibés qu'au cours de funérailles majeures ou l'intronisation d'un chef (Kerchache)




3d8b6aa1-5ed5-4a4a-8c9c-24a81907d6a0 http://www.art-tribal-africain.fr/default.aspx